Jardin botanique de Vauville

Jardin Botanique de Vauville

tout au bout du Cotentin, contre vents et marées, se cache une incroyable oasis réunissant plus de 1 000 espèces de plantes originaires de l'hémisphère austral.

d'une superficie de 4 hectares, le Jardin botanique de Vauville est un voyage au bout du monde sous les latitudes normandes : toute une succession de chambres de verdure aussi dépaysantes que surprenantes

cotention juillet 2018 tel 182

IMG_6525

cotention juillet 2018 tel 183

 

Magnifique jardin, riche de plantes et d'arbres extraordinaires. La visite est organisée de façon ludique et l'accueil est véritablement des plus sympathiques. De quoi se ressourcer dans un cadre exceptionnel et zen à souhait.

IMG_6526

 

LE THEATRE DE BAMBOUS

Espace destiné à recevoir une sphère armillaire indiquant le centre du jardin cet espace isole le visiteur des autres végétaux du jardin et attire son oeil vers le ciel, ce qui est assez rare dans le jardin.

 

cotention juillet 2018 tel 183

IMG_6526

IMG_6527

IMG_6528

 

 

LA PALMERAIE HAUTE (création 1995)

Plantée sur 5000 m2   et commencée en 1992, elle domine le jardin et surplombe la mer que l'on aperçoit à moins de 300métres. Bien   protégée des vents du Sud par une haie de Bambous et de Chênes verts ( Quercus Ilex), les Rhododendrons aux couleurs vives s'épanouissent à l'abri du vent et profitent aussi de l'ombre des dizaines de Trachycharpus Fortunei et de Chamerops humilis plantés en mélange. Ces rhododendrons ont été plantés pour former, à terme, une couronne   géante de fleurs roses et rouges et ensuite former un isolement visuel du reste des   parties basses des palmiers. Deux nouvelles espèces de palmiers sont introduites en 2000 : le Brahéa (ou Erythéa) reconnaissable à ses grandes feuilles aux teintes grises et le Livinstonia aux larges feuilles vert tendre. Comme dans une forêt spontanée, de petites clairières abritent Arbutus unedo, Céanothus, Fougères, Eucalyptus, Phormiums tenax   apportant à différentes hauteurs de végétation des teintes et des feuillages mélangésUn cheminement est ménagé parmi les plantations accentuant par son tracé sinueux le dépaysement voulu lors de la plantation.

 

cotention juillet 2018 tel 184

cotention juillet 2018 tel 185

cotention juillet 2018 tel 186

cotention juillet 2018 tel 187

IMG_6530

 

TRACHYCARPUS ET AUTRES PALMIERS. (Création 1995)

Cette zone n'est plantée que d'arbres et arbustes issus des pépinières du Jardin.Les Trachycarpus Fortuneii en accentuent le coté exotique et les Eucalyptus le coté insolite. Bien abrités, rhododendrons et camellias, en taches de fond poussent sagement abrités par les haies de bambous.

 

cotention juillet 2018 tel 191

 

cotention juillet 2018 tel 189

cotention juillet 2018 tel 190

cotention juillet 2018 tel 188

 

 

L'ABREUVOIR (création 1980)

Cet ancien abreuvoir destiné aux animaux de la pâture d'origine a été transformé en bassin d'ornement. Bordé de nombreux végétaux qui se reflètent dans l'eau, cet endroit paisible est loin de vents. Figuier, Oléaria, Bambous, Bambous nains, Arums, Bergénias, y poussent tranquillement au soleil, entourés   d'Eucalyptus protecteurs. La variété des feuillages, jouant en contrastes, prend ici toute sa valeur. La sculpture de la tête de lion exécutée en 1990 suivant un dessin de G. Pellerin crache en permanence une eau fraîche amenée par un canal à ciel ouvert depuis plus de deux kilomètres. Cet abreuvoir est prolongé par une « rivière » incurvée creusée vers le Sud   et donnant l'illusion d'un prolongement naturel du cours d'eau

 

 Très beau jardin atypique , très élaboré, riche de trasors botaniques ,avec un parcours très étudié au milieu de plantes exotiques mise en scène de manière étonnante. On se sent merveilleusement bien dans ce lieu accueillant, on peut s'y poser sur les bancs bien répartis. Et la vue sur le château est belle

 

cotention juillet 2018 tel 192

cotention juillet 2018 tel 193

cotention juillet 2018 tel 194

cotention juillet 2018 tel 195

IMG_6537

LE BAIN D'OISEAU (création 2000)

Ce bloc de granit monolithe, creusé finement dans son centre, peut recueillir graines   ou eaux de pluie. Les oiseaux connaissent ce petit coin qui leur est réservé. De part et d'autre de cet pierre- sculpture, Phylostachys vivax poussent à l'ombre d'un Criptoméria, arbre symbolique originaire du Japon.

 

 

 

L'ALLEE DES HYDRANGEAS

Particulièrement bien implantés dans notre région, les hydrangeas se développent sans retenue. A remarquer la variété des floraisons et l'hydrangea « AYESHA » à la fleur proche du lilas.

 

cotention juillet 2018 tel 200

IMG_6541

IMG_6542

IMG_6543

IMG_6544

 

 

LE CHEMIN DE LA DECOUVERTE (création1950)

C'est par les Douves que l'histoire du jardin commence dans les années 1950. Les premiers pieds mère des Phormiums tenax et des Phylostachis ainsi que les premiers cèdres bleus Cedrus atlantica glauca et les premiers Eucalyptus furent plantés, protégés par le mur d'enceinte qui entoure le château. Les premiers succès remportés sur le climat encouragèrent l'audace qui a toujours animé les propriétaires du jardin. Famille attachée à ce lieu et qui depuis deux générations continue à défier les aléas climatiques d'un lieu exposé pour développer et repousser sans cesse les limites de la luxuriance de ce rêve végétal.

 

 

IMG_6546

 

LE CHEMIN DES FOUGERES (création 1960)

Un cheminement   au milieu des plantes d'Australie, avec des   Grévilléa rosmanifolia, Calistemon, Hoheria, Myositidum hortensia, et de   Tasmanie où les Dickonsia antartica relèvent le défi depuis plus de cinquante ans de bien vouloir pousser dans le Cotentin !   Un Trachelospermum jasminoides s'accroche sur le mur du Pigeonnier côtoyant quelques mètres plus loin, un Stantonia exaphyla   dont la fragrance capiteuse, où « la plante qui sent à 1000 lieux »  rare et injustement méconnue plante grimpante venue de Corée qui arracha quelques larmes de nostalgie de ses souvenirs d'enfance à une visiteuse d'origine coréenne. Fuschias, Silla péruviana, Agaves complètent ce chemin encaissé...

 

 

 

LE CHEMIN MYSTERIEUX   (création 1972)

Au détour d'une pyramide en pierre de Rance , ce sentier un peu mystérieux nous fait découvrir une végétation inattendue : Eucalyptus au tronc tortueux, une foret   de Bambous, Mahonias, Grévillea, Chévrefeuilles poussent en mélange ombragé par l'Acacia parvifolia et l' Accacia mélanohxylon et le Chamerops humilis.

 

IMG_6538

IMG_6558

IMG_6565

 

 

LE JARDIN DE LA SAGESSE (création 1980)

Des grands eucalyptus, conservés et retaillés,   bien que couchés par la tempête de 1987 forment le toit ajouré de ce jardin romantique. Un bassin est en l'axe principal autour duquel Pivoines arborescentes, Camelias sinensis ou Theier, Phlomis fructicosa, s'abritent devant une grande haie de Camélias sinsenquoi. Une table en pierre et son banc arrondi accueille celui qui cherche le calme, la réflexion et la vue en transparence sur la face sud du château.

 

IMG_6550

IMG_6548

 

 

LE JARDIN EXOTIQUE (création 1980)

Grâce au mur de l'ancien potager, exposé plein Sud l'on retrouve, dans cette partie basse du jardin protégé par un talus végétal constitué de Ginesta odorants, ce jardin caché et abrité qui bénéficie de quelques degrés   supplémentaires, aidant   des plantes plus fragiles à supporter un climat auxquelles elles sont peu habituées. Protéas, Raphiolépis indica, Echiums piniana, Romneya coulterii, Cactées, Pélargoniums odorants, Carpenteria californica s'épanouissent, abrités des vents et des intempéries. Deux spécimens rares, plantés depuis 40 ans, Colletia cruciata et le Colletia spinosa atteignent ici une taille quasi inconnue en Europe et participent à la richesse et la renommée du Jardin Botanique de Vauville.

 

cotention juillet 2018 tel 210

cotention juillet 2018 tel 211

 

cotention juillet 2018 tel 212

cotention juillet 2018 tel 213

cotention juillet 2018 tel 215

cotention juillet 2018 tel 216

 

LE GRAND ESPACE (création 1976)

Un air venu du large, le vent d'ouest qui souffle, au loin, la mer calme ou agitée souligne cet horizon sous les palmiers de la » Palmeraie Basse ». Volontairement sans plantation cette grande respiration donne toute l'ampleur du dessin du jardin. D'un côté , les Hémérocalles orangées vont doubler   la longue haie de Gunnéras manicata et en face, les Agapanthes bleues mêlées aux Népétas s'abritent sous les Phormiums tenax , les Cordylines australes et les Yuccas.

 

cotention juillet 2018 tel 209

 

 

LA PALMERAIE BASSE (création 1983)

Les palmiers et cordylines sont les premiers, de par la proximité de la mer, à affronter le vent et les embruns. Plantés, serrés sur plusieurs rangées rapprochées parfois en demi-cercle pour se protéger les uns des autres, et sur 200 mètres de long, Calistemons, jeunes eucalyptus, Cordyline indivisa, protégés aussi par des Phormiums s'entendent à merveille pour pousser en harmonie apportant un dépaysement assuré et une place privilégiée pour l'acclimatation des plantes australes profitant de leur abri protecteur.

 

 

 

LE BASSIN DES GUNNERAS (création 2003)

D'une longueur de 60 mètres, ce bassin à deux niveaux est bordé, de part et d'autre, d'une haie de Gunnéras manicata qui étonnent toujours par la taille démesurée de leurs feuilles. Ce double bassin, à l'imposante tête de lion de plus de 1,5 tonne   sculptée dans la pierre suivant un dessin   de G. Pellerin, donne à cet endroit   originalité et   calme, avec, pour fond de décor, la découpe des collines. Le   dépaysement où le contraste de la luxuriance du jardin avec l'aridité de la lande prend toute sa dimension.

 

cotention juillet 2018 tel 223

cotention juillet 2018 tel 224

cotention juillet 2018 tel 225

cotention juillet 2018 tel 226

IMG_6572

 

 

 

 

Le jardin botanique du château de Vauville a été classé à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 19921. Il a été classé Jardin remarquable en 20042.

Il a obtenu le prix « French Heritage society3 » ainsi que le prix « Pictet – Jardin – Patrimoine4 ».